20 décembre 2016

Lc 2,1-14: La joie et la paix pour l’humanité



Texte et méditation


Texte Lc 2,1-14

En ces jours-là, parut un édit de l’empereur Auguste, ordonnant de recenser toute la terre – ce premier recensement eut lieu lorsque Quirinius était gouverneur de Syrie. Et tous allaient se faire recenser, chacun dans sa ville d’origine. Joseph, lui aussi, monta de Galilée, depuis la ville de Nazareth, vers la Judée, jusqu’à la ville de David appelée Bethléem. Il était en effet de la maison et de la lignée de David. Il venait se faire recenser avec Marie, qui lui avait été accordée en mariage et qui était enceinte. Or, pendant qu’ils étaient là, le temps où elle devait enfanter fut accompli. Et elle mit au monde son fils premier-né ; elle l’emmaillota et le coucha dans une mangeoire, car il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune.

Dans la même région, il y avait des bergers qui vivaient dehors et passaient la nuit dans les champs pour garder leurs troupeaux. L’ange du Seigneur se présenta devant eux,

et la gloire du Seigneur les enveloppa de sa lumière. Ils furent saisis d’une grande crainte. Alors l’ange leur dit : « Ne craignez pas, car voici que je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple : Aujourd’hui, dans la ville de David, vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur. Et voici le signe qui vous est donné :

vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. » Et soudain, il y eut avec l’ange une troupe céleste innombrable, qui louait Dieu en disant : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes, qu’Il aime. » 



Méditation

La Nativité de notre Seigneur a eu lieu plus de 2000 ans. Mais une question se pose encore aujourd’hui. Est-ce que le Sauveur habite en nous, illumine notre vie et nous guide dans toutes les circonstances de notre existence ? Je voudrais partager avec vous trois idées de l’Évangile : D’abord, Jesus est né au cours d’un voyage ; ensuite, sa naissance est passée inaperçue aux yeux des hommes ; et enfin, sa venue au monde chasse la peur, la tristesse et apporte la joie et la paix à l’humanité.

D’abord, Marie a mis au monde Jésus au cours d’un voyage avec Joseph pour se faire recenser, la sainte famille s’est trouvée loin de sa maison et du confort. La naissance du Seigneur s’est passée dans l’anonymat et dans la pauvreté. L’annonce de l’ange est un contraste frappant entre « un Sauveur qui est le Christ » et « un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire ». Notre vie est aussi un cheminement sur cette terre avec sa joie, sa souffrance, et enfin, sa confrontation à la mort. Reconnaissons que nous sommes en chemin avec nos limites et nos fragilités aussi nous sommes poussés par le désir d’être habités et accompagnés par Jésus qui nous offre la paix, la joie et la vie éternelle.

Ensuite, l’arrivée du Sauveur est passée inaperçue, personne ne l’a reconnu. C’est l’ange du Seigneur qui a annoncé aux bergers cette bonne nouvelle. Tous les ans nous fêtons solennellement la Nativité du Seigneur, mais les soucis et les préoccupations de notre temps pourraient occulter sa présence dans notre vie. Jésus est-il au centre de notre vie et son enseignement illumine-t-il notre quotidien ? Nous sommes invités à être attentifs pour accueillir le Seigneur.

Enfin, la venue du Seigneur dissipe la peur, apporte la joie, la paix et la vraie vie. Il s’agit de la « joie pour tout le peuple » et « la paix sur la terre », c’est-à-dire pour l’humanité. C’est la paix et la joie du Seigneur qui viennent d’en haut et annoncées par l’ange. Ce don de la joie et de la paix ne fait pas disparaître les difficultés dans notre vie mais permet de surmonter tous les obstacles et de tenir ferme dans la foi.

Que la Nativité du Seigneur nous aide à nous détacher des inutilités encombrantes au cours de notre voyage sur cette terre, à être attentifs pour reconnaître et accueillir le Seigneur dans notre vie, et surtout à vivre la paix et la joie de Jésus dans toutes les circonstances.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire