1 avril 2017

Jn 10,1-10: Le sort et l’intelligence des brebis



Texte et méditation



Texte Jn 10,1-10


1 En ce temps-là, Jésus déclara : « Amen, amen, je vous le dis : celui qui entre dans l’enclos des brebis sans passer par la porte, mais qui escalade par un autre endroit, celui-là est un voleur et un bandit. 2 Celui qui entre par la porte, c’est le pasteur, le berger des brebis. 3 Le portier lui ouvre, et les brebis écoutent sa voix. Ses brebis à lui, il les appelle chacune par son nom, et il les fait sortir. 4 Quand il a poussé dehors toutes les siennes, il marche à leur tête, et les brebis le suivent, car elles connaissent sa voix. 5 Jamais elles ne suivront un étranger, mais elles s’enfuiront loin de lui, car elles ne connaissent pas la voix des étrangers. »


6 Jésus employa cette image pour s’adresser aux pharisiens, mais eux ne comprirent pas de quoi il leur parlait. 7 C’est pourquoi Jésus reprit la parole : « Amen, amen, je vous le dis : Moi, je suis la porte des brebis. 8 Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des bandits ; mais les brebis ne les ont pas écoutés. 9 Moi, je suis la porte. Si quelqu’un entre en passant par moi, il sera sauvé ; il pourra entrer ; il pourra sortir et trouver un pâturage. 10 Le voleur ne vient que pour voler, égorger, faire périr. Moi, je suis venu pour que les brebis aient la vie, la vie en abondance. »


Méditation


Dans l’Évangile, Jésus utilise l’image du pasteur et des brebis pour révéler son identité par deux expressions : je suis la porte des brebis et je suis le bon pasteur. Mais je voudrais partager le sort et l’intelligence des brebis.

L’image des brebis renvoie aux croyants qui pourraient être sous la direction d’un mauvais pasteur, Jésus les qualifie de voleurs et de bandits : « Tous ceux qui sont venus avant moi sont des voleurs et des bandits » (10,8a). Dans ce cas, les brebis deviennent des victimes de leur mauvais berger parce que « le voleur ne vient que pour voler, égorger, faire périr » (10,10a) dit Jésus. Les brebis ne font qu’accepter et vivre pleinement la persécution en communion avec le bon Pasteur Jésus qui a donné sa vie pour ses brebis.

Cependant, ce qui est remarquable dans la révélation de Jésus est l’intelligence des brebis exprimée par les verbes : écouter, connaître et suivre. D’abord, les brebis ont la capacité de distinguer la voix du mauvais et celle du bon pasteur ; elles écoutent non pas la voix des voleurs et des bandits mais celle du bon pasteur. Ensuite, les brebis ne connaissent pas la voix des étrangers, mais celle du bon pasteur. Enfin, elles suivent non pas l’étranger mais le bon pasteur.

Dans toutes les circonstances, nous avons la certitude que Jésus est venu pour que nous ayons la vie en abondance. Demandons au Seigneur, l’unique Porte des brebis et le bon Pasteur, qu’il nous donne du courage dans la persécution et nous aide à développer notre intelligence à reconnaître la voix du bon pasteur, à l’écouter et à le suivre./.

Le 1 avril 2017.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire